21 Sep 2020

4 idées reçues sur la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche près d’1 million de personnes aujourd’hui en France. Maladie neuro-dégénérative d’évolution lente, elle se caractérise par une perte progressive des fonctions mentales, notamment de la mémoire. A l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, revenons sur quelques préjugés encore bien ancrés.

La maladie d’Alzheimer concerne uniquement les personnes âgées

Pas seulement. Si elle touche majoritairement les personnes de plus de 65 ans, la maladie d’Alzheimer peut également se déclarer plus tôt. On parle alors d’Alzheimer précoce. Cela peut concerner des personnes âgées de 50 ans voire moins, toujours actives professionnellement. Cette forme précoce ne représente que 3% des malades. Outre les premiers symptômes classiques d’Alzheimer (pertes de mémoire, altération du langage…), cette population jeune atteinte de la maladie peut également être touchée par des changements du comportement (manque de motivation, dépression…)

Il est impossible de prévenir cette maladie

D’après les dernières avancées de la recherche, la maladie d’Alzheimer serait la conséquence d’un ensemble de facteurs, au premier rang duquel, l’âge. Plus on vieillit, plus la probabilité d’être touché par la maladie augmente. Elle concernerait en effet 15% des plus 80 ans contre 5% des plus de 65 ans. Dans de très rares cas, le terrain génétique jouerait également un rôle dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer. 99% des cas n’ont pour autant pas de cause héréditaire.

Si nous n’avons guère d’emprise sur le temps qui passe et sur notre patrimoine génétique, nous pouvons par contre avoir une influence sur certains facteurs environnementaux permettant de limiter l’apparition de la maladie. Parmi eux, on retrouve l’hypertension artérielle, le tabac, le stress chronique, le surpoids, le diabète… A l’inverse, certains comportements « protecteurs » sont susceptibles de nous protéger de la maladie d’Alzheimer, notamment l’instauration d’un mode de vie sain : activité physique régulière, alimentation équilibrée, relations sociales riches, stimulation intellectuelle etc…

Trous de mémoire ? Il faut s’inquiéter !

Il vous arrive peut-être d’avoir oublié où vous avez garé votre voiture, de ne plus vous souvenir du nom de la personne que vous venez de rencontrer, d’avoir un mot « sur le bout de la langue » etc…

Passé un certain âge, on peut s’alarmer de petits trous de mémoire du quotidien. Rassurez-vous, rien d’anormal à tout cela. Dans la majorité des cas, il s’agit de troubles bénins.

D’autres signes doivent par contre retenir votre attention : s’il vous arrive de vous perdre dans des endroits qui vous sont familiers, de répéter régulièrement les mêmes questions, d’oublier comment réaliser certaines tâches du quotidien… Dans ce cas, il est recommandé de consulter son généraliste afin d’établir un premier diagnostic.

Peut-on guérir de la maladie d’Alzheimer ?

Malheureusement, il n’existe pas de traitement curatif contre la maladie d’Alzheimer. Celle-ci n’est pas mortelle en soi mais favorise l’apparition de complications ou d’autres maladies chroniques. L’espérance de vie des malades en est donc réduite malgré une meilleure prise en charge ces dernières années. Si les traitements médicamenteux n’ont pas encore fait leur preuve à l’heure actuelle, les alternatives douces permettent néanmoins d’améliorer la qualité de vie des malades. L’orthophonie, l’ergothérapie ou bien encore la kinésithérapie permettent notamment de stimuler les fonctions cognitives (entretien de la mémoire…) et de retarder les effets de la dépendance (aménagement du domicile, psychomotricité…). D’autre part, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer bénéficient d’aides financières, notamment dans le cadre des ALD (affections de longue durée) qui leur permet de bénéficier d’une prise en charge à 100% de la Sécurité Sociale.

 

Journée mondiale Alzheimer

Ce 21 septembre 2020 marque la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. A cette occasion, de nombreux manifestations et appels aux dons sont organisés un peu partout en France et dans le monde. Véritable enjeu de santé publique, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer devrait encore augmenter dans les prochaines années*. Elle représente aujourd’hui la première cause de dépendance chez les personnes âgées.

Mobilisons-nous

 

 

*2,4 millions de malades chez les plus de 65 ans d’ici 2040

×

Les commentaires sont fermés