12 Sep 2019

Aidants : savoir se préserver

Être aidant d’une personne en perte d’autonomie, c’est aujourd’hui le quotidien d’environ 11 millions de Français. Un rôle que l’on endosse sans parer aux répercussions sur son propre équilibre de vie, inévitablement bouleversé. Apprendre à prendre soin de soi pour éviter l’épuisement, constitue l’un des enjeux majeurs de cette population.

Comment devient-on aidant ?

Un parent au grand âge qu’il faut désormais aider dans ses démarches administratives ou ses tâches ménagères, un conjoint atteint d’une maladie chronique sur qui l’on doit veiller au quotidien, un proche en situation de handicap dont on a la charge… Des situations banales qui tendent à se multiplier ; Vieillissement de la population oblige…

Et finalement, quoi de plus naturel que de s’investir auprès d’un proche fragilisé ? Par amour ou par devoir, on ne lésine pas sur le soutien à apporter à l’être cher. Mais bien souvent, la charge ponctuelle qui incombe au proche aidant s’installe progressivement dans la durée, selon l’évolution de l’état de santé de la personne aidée. Et les tâches ne manquent pas : soins, repas, tâches domestiques, déplacements médicaux, prise de médicaments…

A l’heure actuelle, la moitié des aidants familiaux vit avec la personne aidée. Les temps de vie se recomposent alors différemment, avec un don de soi qui prend une place plus importante, parfois au détriment de sa vie professionnelle, amicale…

 

Quelles conséquences sur leur santé ?

Attention au surmenage ! Soutenir un proche dépendant en y consacrant une partie de son temps est une chose, reléguer sa vie personnelle au second plan en est une autre. Car s’occuper d’une personne en perte d’autonomie peut devenir une tâche pesante qui fragilise et isole. Selon un enquête réalisée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), la moitié des aidants interrogés auraient des problèmes de santé qu’ils n’avaient pas auparavant, plus de 60% souffriraient de douleurs physiques nouvelles, tandis que 25% auraient augmenté leur consommation de médicaments. Si la santé des aidants est ainsi mise à mal, cela peut compromettre leur accompagnement sur le long terme, voire porter atteinte à leur propre autonomie, selon leur âge ou leur niveau de fragilité.

 

Comment soutenir un proche dépendant sur la durée ?

Grâce à la loi d’adaptation de la société au vieillissement promulguée en 2016, les aidants disposent désormais de nouveaux dispositifs de soutien, tels que :

  • Le congé du proche aidant qui permet à un salarié d’interrompre son activité professionnelle pour s’occuper d’une personne fragilisée pour une durée maximale de 3 mois (renouvelable dans la limite d’un an). En savoir plus
  • Le droit au répit qui constitue une aide financière pour faire appel à des solutions « relais », afin de soulager l’aidant dans son accompagnement. Retrouvez notre article sur le sujet.

Depuis quelques années, des initiatives fleurissent elles aussi au sein du milieu associatif. Leur objectif : rompre l’isolement des personnes aidantes souvent esseulées. C’est ainsi que les Cafés des aidants ont vu le jour, lieu d’échanges et de témoignages autour du vécu d’aidant, encadré par un psychologue et un animateur spécialiste de ces questions. Vous souhaitez connaître le Café des aidants le plus proche de chez vous, cliquez ici !

 

Un réseau d’entraide et de services a également été pensé pour faciliter le quotidien des aidants, grâce à une plateforme qui permet d’échanger, de partager son expérience avec d’autres aidants. En savoir plus.

Pensez aussi aux formations qui peuvent vous aider à acquérir un certain savoir-faire psychologique, juridique, ou bien encore, à gérer votre stress, à concilier votre accompagnement avec votre vie perso etc… C’est le cas des formations en ligne gratuites proposées par l’Association française des aidants.

 

Outre ces dispositifs de soutien de plus en plus actifs, la véritable bulle d’oxygène est à saisir durant vos temps de loisirs (sorties, sport, vacances…). Un pré requis indispensable pour vous permettre de continuer à accompagner votre proche… sans vous fragiliser.

 

Plus d’informations sur le statut d’aidant et de nombreux conseils pratiques dans le guide réalisé par Harmonie Mutuelle, disponible en téléchargement : cliquez ici

Ajouter votre commentaire