2 Déc 2019

Le handicap aujourd’hui en France

Vivre avec une altération physique ou mentale constitue immanquablement un frein dans la vie quotidienne : scolarisation, déplacement, participation à la vie citoyenne… La Journée internationale du handicap, le 3 décembre prochain, est l’occasion de faire le point sur les avancées de notre société en matière d’inclusion et d’accessibilité.

Les chiffres du handicap aujourd’hui en France

Difficile de quantifier avec exactitude le nombre de personnes touchées par un handicap, tant les cas diffèrent selon les critères d’une reconnaissance administrative, la gravité de l’incapacité, l’âge etc… Depuis la loi handicap promulguée en 2005, une définition tente néanmoins de mettre tout le monde d’accord. « Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant*. »

Aujourd’hui, parmi les 15-64 ans, 2,7 millions de personnes déclarent disposer d’une reconnaissance administrative de leur handicap et 5,7 millions indiquent souffrir d’un problème de santé chronique les limitant depuis au moins six mois**. Du côté des seniors âgés de plus de 75 ans, on recenserait près d’1,4 millions de personnes en situation de dépendance. Et au vu de la situation démographique actuelle, le nombre de ces personnes handicapées au grand âge ne cessera de croître dans les prochaines années. Avec plus de 10 millions de personnes touchées par une forme de handicap (sur une population de 66 millions d’habitants), la France se doit de répondre aux besoins d’accessibilité et d’inclusion de cette frange de la population.

 

Législation : quelles évolutions en 2019 ?

Il y a bientôt 15 ans, la loi handicap 2005 lançait les grands chantiers (toujours à l’œuvre) en faveur des droits des personnes en situation de handicap. La fameuse règlementation PMR (Personne à Mobilité Réduite), remaniée en 2018, en est l’un des fondements. Autre apport de cette loi, la création d’un droit à la compensation. Concrètement, il s’agit d’une aide, la PCH (Prestation de Compensation du Handicap), versée en espèces ou en nature (aides humaines, aménagement du logement…), au profit de la personne handicapée. Mais beaucoup reste à faire pour simplifier le quotidien de cette population.

Il faut attendre 2019 pour que de nouvelles mesures en faveur de l’autonomie des personnes en situation de handicap voient le jour. C’est notamment le cas avec l’instauration du « droit à vie » autour de 4 dispositifs majeurs : l’AAH (allocation aux adultes handicapés) qui concerne les personnes ayant un taux d’invalidité de plus de 80%, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, la carte de mobilité et l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé. Plus besoin désormais de s’épuiser dans de longues démarches administratives pour renouveler ses droits. Cette mesure effective depuis le 1er janvier permet aux personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer, de bénéficier de l’ensemble de ces droits sans limitation de durée. L’AAH, quant à elle, vient d’être progressivement revalorisée de 40€/mois pour atteindre 900€ en fin d’année. Retrouvez l’ensemble de ces nouvelles mesures ici.

Handicap et bonheur

De quoi (re)donner du baume au cœur de milliers de personnes en situation de handicap pour qui la vie quotidienne est forcément plus complexe que celle d’une personne valide. Malvoyant, malentendant, autiste, paraplégique… Les situations de handicap sont variées, leur origine aussi : de naissance, liée à un accident, à un problème de santé, à la vieillesse… Comment faire face à une perte d’autonomie ? Comment vieillir heureux dans une telle situation ? Vivre avec un handicap parait difficile. Comment alors songer y distiller un peu de bonheur ? La question n’est pourtant pas d’être heureux avec son handicap, mais malgré lui. A en croire, de nombreux témoignages récoltés sur la toile, il est possible de trouver une capacité de résilience, envers et contre tout ce que le handicap peut apporter de négatif. Que l’on soit valide ou non, le bonheur se déniche dans chaque recoin de nos vies, au cœur de moments partagés, parfois éphémères.

Accepter son handicap est sans doute le premier pas, mais également le plus difficile, à franchir pour l’atteindre.

 

 

*Source loi du 11/02/2015 article 14

**Etude du Ministère du travail (2015)

×

Les commentaires sont fermés