26 Oct 2018

Médecines douces : quelle place dans le paysage médical ?

Basées sur des méthodes de soins naturelles, les médecines douces proposent une autre façon de soigner et soulager à travers une philosophie qui aborde le corps dans sa globalité. Parfois controversées par la médecine « traditionnelle », ces thérapies sont aujourd’hui largement plébiscitées par les séniors.

Derrière cette appellation, se cache une multitude de méthodes thérapeutiques :

  • Des soins manuels qui permettent au corps de guérir par lui-même : l’ostéopathie, l’acupuncture, la micro-kinésithérapie…
  • Des soins « bien-être » qui soulagent par les plantes ou d’autres préparations spécifiques : la phytothérapie, l’aromathérapie, la naturopathie…
  • Des soins de relaxation qui proposent une approche plus personnelle de la santé par diverses méthodes proches de la méditation : sophrologie, hypnose, musicothérapie…

Aujourd’hui, plus d’un Français sur 3 a régulièrement recours aux médecines douces pour soigner certaines pathologies comme l’anxiété, l’insomnie, les allergies, l’urticaire, les maux de dos, les douleurs articulaires ou bien encore certaines dépendances (tabac, alcool…).

 

Des thérapies complémentaires à la médecine traditionnelle

En quelques années, les médecines douces ont su s’imposer dans le paysage médical, comme méthodes de soins complémentaires, notamment dans les hôpitaux où elles sont désormais intégrées dans de nombreux programmes de soins (anti-douleurs…). Si leurs vertus préventives et curatives sont aujourd’hui pleinement reconnues, ces thérapies naturelles ne se positionnent pas pour autant en solution alternative à des traitements classiques (antalgiques, anti-inflammatoires…), en cas de maladies graves ou de douleurs aigues par exemple. Néanmoins, leur efficacité fait mouche chez de plus en plus d’adeptes.

 

On appréciera des séances de sophrologie pour soulager des douleurs liées à l’arthrose ou à des migraines, ou bien encore l’action thérapeutique des plantes pour lutter contre des douleurs gastriques ou des troubles nerveux, sans oublier la pratique de la mésothérapie pour soigner des traumatismes articulaires ou des problèmes musculaires. Des maux qu’il est ainsi parfois possible de soulager sans passer par la case « médicament », grâce à des soins naturels au plus près des besoins de chacun.

 

En marge des remboursements de l’assurance maladie

Malheureusement, ces pratiques non conventionnelles ne sont pas encore reconnues par le régime obligatoire. Seules, les séances d’acupuncture et d’homéopathie pratiquées par un médecin conventionné bénéficient d’un remboursement sécu à hauteur de 70% du tarif de base. Pour les éventuels dépassements d’honoraires, certaines mutuelles peuvent prendre le relai. Aujourd’hui, un grand nombre de complémentaires santé proposent la prise en charge de certaines médecines douces, sous réserve que le praticien soit agréé.

C’est le cas d’Harmonie Mutuelle qui permet ainsi à ses adhérents de bénéficier de soins reconnus, à moindre coût et en toute sécurité*.

Selon votre garantie, vous pouvez bénéficier du remboursement de plusieurs séances par an.

Pour connaître votre niveau de prise en charge, consultez votre tableau de garantie ou renseignez-vous auprès de votre conseiller Harmonie Mutuelle.

 

*Une étude approfondie sur ces thérapies a été menée par Harmonie Mutuelle afin de déterminer la fiabilité de leurs pratiques ainsi que leur bienfait pour la santé des patients.

 

Connaissez-vous les vertus de ces médecines douces ?

 

  • L’auriculothérapie:

Cette pratique dérivée de l’acupuncture s’appuie sur le rééquilibrage énergétique du corps, par une pratique de points réflexes au niveau de l’oreille. Elle est souvent préconisée dans les problématiques liées au tabac, mais aussi pour soulager certaines douleurs physiques et troubles du système nerveux.

  • La micro-kinésithérapie:

Pratiquée par certains kinésithérapeutes, cette thérapie douce consiste à cibler l’origine d’un dysfonctionnement douloureux du corps, par une technique de micro palpation spécifique. Encore méconnue, cette pratique a pour objectif de permettre à l’organisme de « s’auto soigner ».

  • La mésothérapie:

Ce traitement médical consiste à administrer des médicaments par micro-injections sous-cutanées directement dans la zone du corps douloureuse. Ses actions décontractantes et anti inflammatoires sont notamment utilisées pour soigner les traumatismes articulaires, les tendinites et autres douleurs chroniques.

×

Les commentaires sont fermés