10 Avr 2012

Vivre sa retraite au soleil

Soleil, chaleur, évasion… toute l’année ! De plus en plus de personnes ayant fait valoir leurs droits à la retraite quittent l’hexagone pour s’installer au soleil. Malgré l’éloignement que cela implique avec l’entourage, l’appel du large devient une tendance qui se confirme depuis quelques années. Pourquoi pas pour vous ?

Votre retraite au soleil

Pourquoi et où partir ?

Finie la pluie et la grisaille, les destinations ensoleillées ont bel et bien la côte chez les retraités qui partent à l’étranger. En haut de tableau, la France d’Outre-Mer qui offre l’attrait du soleil sans les inconvénients de l’étranger ; suivent les pays francophones : Maroc, île Maurice… Phénomène plus récent, les pays asiatiques  sont également plébiscités par les français expatriés. Notons que pour beaucoup, l’expatriation est une manière de faire face à la baisse de leur pouvoir d’achat une fois retraités. Autre motivation chez les revenus les plus modestes, la perspective de payer moins d’impôts et de taxes.

Ce rêve d’évasion est pourtant bien souvent grevé par la crainte de rompre avec le lien familial. La solution optimale : une expatriation temporaire, quelques mois dans l’année, afin de préserver le contact avec l’entourage tout en bénéficiant de vacances prolongées au soleil.

Comment préparer son voyage ?

Naturellement, quelques démarches sont à accomplir si vous décidez de quitter la France pour passer votre retraite à l’étranger.

Comment percevoir votre pension retraite en vivant à l’étranger ?

Si le pays a passé une convention de sécurité sociale avec la France, vous devez faire votre demande de retraite française auprès de l’organisme d’assurance vieillesse de votre nouveau lieu de résidence. Si cela n’est pas le cas, vous devrez formuler votre demande de retraite auprès de la caisse française de votre dernier lieu de cotisation. Dans tous les cas, vous devrez adresser périodiquement (au moins une fois par an) un certificat de résidence à la caisse débitrice de votre pension.

Bien vivre sa retraite au soleilVivre votre retraite à l’étranger est-il avantageux sur le plan fiscal ?

  • Si vous n’êtes plus fiscalement domicilié en France, la CGS et la CRDS ne seront plus prélevées sur votre pension. Néanmoins, selon le pays, une cotisation de 2.8% peut être retenue à la source.
  • Si vous séjournez plus de 183 jours sur l’hexagone, vos impôts resteront dus à l’Etat français. Dans le cas contraire, l’imposition va dépendre de la convention fiscale signée entre la France et le pays d’accueil.
  • Si aucune convention fiscale ne lie les 2 pays, vous devrez vous acquitter d’une double imposition, une dans chacun des pays.

« Fiscalement parlant » il est donc plus intéressant de vivre dans certains pays ; tel que le Maroc (en tant que résident vous n’y payerez que 20% de l’impôt dû au titre de votre retraite, soit 80% de réduction).

Et côté soins : quel accès et quelle prise en charge ?

  • Au sein d’un pays de l’UE, vous pouvez profiter de la couverture santé de votre pays d’accueil. Pour en savoir plus sur le système de protection sociale en vigueur, prenez contact avec le CLEISS (Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale)
  • Pour un pays hors de l’UE, il est possible, sous certaines conditions, de cotiser à la CFE (Caisse des Français à l’Etranger) ; ce qui vous permet de bénéficier des mêmes prestations qu’en France. Infos sur www.cfe.fr.
×

Les commentaires sont fermés