16 Juin 2020

Vers un tri des médicaments responsable

Chaque année, c’est la même histoire : l’armoire à pharmacie familiale déborde de comprimés, cachets, sirops et pommades en tout genre. Un peu de tri s’impose. Mais attention, il ne s’agit pas de jeter aveuglement ces médicaments usagés dans la poubelle ménagère ! Voici les bons réflexes à adopter pour trier efficacement et de manière responsable.

Pourquoi rapporter ses médicaments en pharmacie ?

Un médicament n’est pas un produit du quotidien ordinaire que l’on peut jeter de manière inconsidérée aux ordures ou dans les toilettes. Enfoui dans le sol ou rejeté dans les nappes phréatiques, il y dépose des principes actifs qui polluent et abîment durablement la faune et la flore.

Pour le tri de vos médicaments non utilisés (MNU), une seule option s’impose : les rapporter en pharmacie ! A ce titre, le réseau Cyclamed œuvre, depuis de nombreuses années, en faveur d’une filière de collecte et de recyclage responsable ; Et ce avec le soutien des officines qui sensibilisent leurs patients au tri de leurs médicaments non utilisés et/ou périmés.

Un médicament mal géré, mal rangé peut aussi être à l’origine d’accidents domestiques, par ingestions accidentelles, notamment chez les personnes âgées.

Il est donc nécessaire de faire le tri régulièrement afin de disposer d’une armoire à pharmacie clairement rangée, débarrassée de ses médicaments non utilisés.

Pour un meilleur suivi, les médicaments conservés doivent, si possible, être stockés dans leur boite d’origine, avec l’indication du nom de la personne en cas de traitement, ainsi que la date d’ouverture pour les sirops et les collyres dont la durée de conservation est limitée.

Gare aux idées reçues !

  • « Les médicaments que je rapporte à mon pharmacien seront réutilisés ».

En aucun cas, les médicaments usagés rapportés en pharmacie ne resserviront dans un circuit de vente ou de don, pour une cause humanitaire ou autre. L’opération de collecte a pour objectif d’éliminer les médicaments par incinération afin d’en limiter l’impact sur la santé publique et sur l’environnement. Valorisés en énergie, ces médicaments détruits permettent de chauffer et d’éclairer 7000 logements par an*.

  • « Une fois la date de péremption dépassée, les médicaments sont toujours efficaces ».

Non, une fois périmé, un médicament perd progressivement de son efficacité. En soi, il n’y a pas de risque vital à en consommer, mais mieux vaut s’abstenir. L’apparition d’effets secondaires n’est pas à exclure.

  • « Je garde mes antibiotiques au cas où… »

Cela est très fortement déconseillé. D’une infection à l’autre, un antibiotique ne combat pas la même bactérie. Dans le cas où vous réutiliseriez les gélules restantes d’un médicament antibiotique, vous favoriseriez, sans le vouloir, une forme d’« antibio-résistance » sur une autre bactérie.

  • Je ramène mes médicaments non utilisés tels quels à la pharmacie.

Avant de rapporter vos médicaments, il est essentiel que vous puissiez jeter les emballages carton et les notices dans le tri sélectif, afin de ne ramener que le médicament à proprement parlé.

Parmi les gestes éco-citoyens porteurs de sens aujourd’hui, le tri et la collecte des médicaments prennent toute leur part. Une évidence sanitaire et environnementale qui doit devenir un réflexe pour tous !

 

 

*Source Cyclamed 2020 :

https://www.cyclamed.org/wp-content/uploads/2020/05/01_Affiche_Je_prot%C3%A8ge_ma_plan%C3%A8te.pdf

×

Les commentaires sont fermés