7 Nov 2018

Vivre avec son diabète !

Maladie insidieuse de notre temps, le diabète concerne aujourd’hui des millions de personnes en France. Caractérisé par un excès de sucre dans le sang, le diabète non maîtrisé expose à des risques de complications sur l’organisme. Mais si l’on n’en guérit pas, des traitements existent. Serait-ce aussi l’occasion d’adopter une nouvelle hygiène de vie ?

 

Indispensable carburant de notre corps, le sucre est naturellement régulé grâce à l’action de l’insuline produite par le pancréas. En cas de diabète, cette fonction d’assimilation ne fonctionne plus correctement. On parle d’hyperglycémie chronique, un excès de glucose dans le sang.

En France comme ailleurs dans le monde, la maladie prend de l’ampleur depuis quelques décennies. Environ 5,4% de la population française serait concernée, particulièrement les hommes et les plus de 50 ans. En cause : la mauvaise alimentation, la sédentarité et le surpoids.

 

A chacun son type

On distingue généralement deux types de diabète :

Le diabète de type 1, appelé auparavant « insulino-dépendant », se déclare principalement chez les personnes jeunes génétiquement prédisposées. Caractérisé par la destruction des cellules bêta du pancréas, il provoque une carence totale en insuline. Son unique traitement réside actuellement dans l’apport en insuline par le biais d’injection ou de pompe.

Plus courant puisqu’il concerne plus de 90% des diabétiques, le diabète de type 2 apparaît généralement chez des personnes âgées de plus de 40 ans. Ici l’anomalie réside, soit dans la production d’insuline en trop faible quantité, soit dans son action qui ne se révèle pas assez efficace.

Il n’existe pas une cause précise mais un ensemble de facteurs prédisposants, notamment pour le diabète de type 2, liés principalement à un héritage génétique, mais aussi à un mode de vie sédentaire et à une surcharge pondérale.

 

Sortez le grand jeu !

Cette maladie aux symptômes souvent discrets (pour le type 2) apporte son lot de lésions et de complications, si rien n’est fait pour la prévenir et la stabiliser : insuffisance rénale, neuropathie, problèmes cardiovasculaires…

Au-delà de la prise de traitements, l’hygiène de vie constituerait 70 à 80 % de la thérapie. Un « à côté » essentiel à ne pas négliger :

  • Une alimentation équilibrée (moins de graisses, de sel, de sucre) ;
  • Une activité physique régulière (qui permet notamment d’améliorer l’action de l’insuline) ;
  • La prise en compte de certains facteurs de risque (tabac, alcool, surpoids, cholestérol…) ;
  • Un suivi régulier avec son médecin traitant.

Aujourd’hui, le diabète est une affection que l’on soigne, mais dont on ne guérit pas. Alors une fois diagnostiqué, accordez toute leur place aux bonnes habitudes de vie ! L’enjeu : être diabétique oui, mais en bonne santé !

 

Les 3 points à retenir :

  • Une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l est synonyme de diabète.
  • Pour le diabète de type 2, on estime qu’il s’écoule en moyenne entre 5 et 10 ans entre l’apparition de la maladie et son diagnostic.
  • Les sports d’endurance qui font appel à une activité physique prolongée et modérée sont vivement recommandés pour les personnes diabétiques (contrairement aux activités requérant un effort bref et intense).

 

Pour aller plus loin :

Le 14 novembre prochain se tiendra la Journée Mondiale du Diabète. Cette journée sera l’occasion de prendre part à une action globale de sensibilisation et de prévention sur cette maladie, en France, comme à l’étranger. Pour connaître les manifestations proches de chez vous, cliquez-ici.

 

 

 

Source : Association française des diabétiques

Ajouter votre commentaire